Développement Personnel

J.J. ROUSSEAU et ses dernières rêveries

« Me voici donc seul sur la terre, n’ayant plus de frère, de prochain, d’ami de société que moi-même »

Qu’a fait Rousseau pour en arriver là ? A-t-il perdu la tête ou est-il victime d’un complot ?

Quelques semaines avant sa mort, le philosophe se retire au milieu de la nature, loin de la société, s’adonne à son activité préférée : la botanique, et écrit neuf courts textes qui se lisent comme autant de promenades philosophiques sensibles et bouleversantes. Il meurt avant d’avoir pu rédiger la dixième promenade.

Relisez Jean Jacques Rousseau et découvrez « Les rêveries » 

« …Sentant enfin tous mes efforts inutiles & me tourmentant à pure perte, jʼai pris le seul parti qui me restoit à prendre, celui de me soumettre à ma destinée sans plus regimber contre la nécessité. Jʼai trouvé dans cette résignation le dédommagement de tous mes maux par la tranquillité qu’elle me procure & qui ne pouvait sʼallier avec le travail continuel dʼune résistance aussi pénible quʼinfructueuse. ».

Les Rêveries du promeneur solitaire sont un ouvrage inachevé de Jean-Jacques Rousseau rédigé entre 1776 et 1778, en France, à Paris puis chez René-Louis de Girardin au château d’Ermenonville. Wikipédia

Commentaires fermés sur J.J. ROUSSEAU et ses dernières rêveries

Colore la vie. Etre pensif et créatif...