Actu/Infos,  Littérature

En pensionnat catho – Bande dessinée –

« En pension catho » avec Florence Cestac

Les Oiseaux est un internat catholique en Normandie pour jeunes filles bien comme il faut ou presque. Thérèse, 13 ans, y a été admise parce-que son père est paysan (on ne disait pas encore agriculteur à l’époque).

Il fournit le pensionnat en produits fermiers. Thérèse dénote socialement dans une école traditionnellement réservée à la bourgeoisie. A cet âge, les barrières sociales sont encore perméables et Thérèse s’est faite copine avec Marie-Colombe, fille de bonne famille, au tempérament vif et transgressif.

Pour noircir le tableau, Thérèse a un père alcoolique qui cogne sur sa femme. Du côté de Marie-Colombe, à Neuilly, une famille guindée où le vouvoiement s’impose. L’envie et le besoin d’émancipation sont forts chez ces adolescentes mais les bonnes sœurs veillent…

Filles des Oiseaux (Cestac / Editions Dargaud).

Filles des Oiseaux (Cestac / Editions Dargaud).

Son style cartoon façon Popeye colle parfaitement à ses comédies de moeurs. Il y a du tragique dans ses histoires drôles et de l’hilarité dans ses récits malheureux. C’est une constante, une qualité de l’auteure.

Filles des Oiseaux (Cestac / Editions Dargaud).

Le rire provient du réel, c’eDDans Filles des Oiseaux, il faut aller en fin de l’album pour le vérifier. On y découvre la petite Cestac, en jupe plissée avec un chemisier vichy, posant pour la photo devant le pensionnat des Oiseaux près d’Honfleur dans les années 60.

Car la pension catho a bien existé et l’auteure y est restée de la sixième à la seconde. La BD n’est pas pour autant une autobiographie.

Filles des Oiseaux (Cestac / Editions Dargaud).

Filles des Oiseaux (Cestac / Editions Dargaud).

Filles des oiseaux est une BD savoureuse et drôle, en sépia, sur la France figée d’avant la tempête de Mai-68. Sur ses différences sociales et culturelles. Sur la religion et son emprise. Elle est une peinture acerbe du machisme ambiant et de l’inégalité entre les hommes et les femmes. « N’oubliez pas que l’aiguille est à la femme ce que la plume est à l’écrivain » s’exclame la mère supérieure prodiguant ses cours de couture à des jeunes filles promises à un destin qui fait rêver.

Couverture Filles des OiseauxFille des Oiseaux, tome 1, Florence Cestac / Editions Dargaud, 14 €

Harry Mickson & Co, Florence Cestac / Editions Dargaud, 25 €

[sgmb id= »1″]

 

Colore la vie. Etre pensif et créatif...

Un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

et, sem, mattis ultricies elementum id, lectus facilisis suscipit dapibus felis